Outils pour utilisateurs

Outils du site


tubize:urbanisme:schema-directeur:fiche-10_paysage-embellissement:start

l'intégration paysagère et l'embellissement de la ville

Fiche projet n°10

1.1 Description du projet

Cette fiche propose diverses mesures destinées à embellir le cadre de vie, à valoriser le paysage urbain et rural et à mettre en valeur la trame verte et bleue à l'échelle de l'agglomération. Elles peuvent être de différents types : mesures de développement et de valorisation de la nature en ville, en lien avec la trame verte et bleue ; mesures de requalification et de valorisation du paysage urbain (mise en valeur de « dents creuses » et aménagement d'espaces publics) ; mesures de valorisation de la silhouette urbaine (càd la perception de la ville depuis les espaces ouverts qui l'entourent) via un travail sur les gabarits et la densité (voir fiche 2 « Densité ») ; valorisation des échappées visuelles depuis le tissu urbain vers le grand paysage ; création de nouvelles perceptions des paysages par l'aménagement de cheminements pour les modes doux, notamment dans des intérieurs d'îlots, mise en valeur du patrimoine bâti, etc.

1.2 Contexte et objectifs

Le développement urbanistique de la ville ne doit pas se faire au détriment de la qualité de la vie. La mutation rapide du tissu urbain doit s'accompagner d'une amélioration qualitative du cadre de vie, et cela au bénéfice à la fois de la population « de souche » et des nouveaux arrivants. Dans un tissu urbain densifié, la place accordée aux jardins privatifs diminue très sensiblement, au point même parfois de disparaître. La densification du centre de Tubize doit donc s'accompagner de l'aménagement d'espaces (verts) publics de qualité, afin d'assurer un développement harmonieux du cadre de vie urbain et afin de rencontrer le besoin de la population de pratiquer des activités à l'extérieur.

1.3 Etat des lieux

1.3.1 Les périmètres d'intérêt paysager

Carte de la trame verte existante / souhaitée (calque sur fond PPNC/bâti)

La figure 1 représente les périmètres d'intérêt paysager tels qu'ils ont été définis par l'ADESA, ainsi que les points de vue identifiés comme remarquables. La figure 2 reprend quant à elle les périmètres d'intérêt paysager du plan de secteur.

On voit que la Commune n'est pas richement pourvue en périmètres de ce type. L' ADESA a été plus sévère que le plan de secteur et a réduit la taille et le nombre des périmètres d'intérêt. Ils sont concentrés dans les parties Sud et Sud-Est de la Commune. On trouve les fonds de la vallée de la Senne et du Coeurcq, ainsi que les lieux-dits « Le Rossignol » et « La Bruyère » à Oisquercq. Le plan de secteur avait inscrit toute la zone agricole située entre la rue de Virginal et le canal, l'ADESA n'a retenu que l'extrémité Sud de cette zone. De même, le périmètre au Sud-Est de Saintes n'est plus repris dans l'inventaire ADESA. Par contre, les périmètres d'intérêt s'étendent sur de grandes surfaces dans les communes voisines d'Ittre et Braine-le-Château.

Même si ces deux inventaires n'ont pas été réalisés selon la même méthode ni avec les mêmes critères, on peut se demander si dans le quart de siècle qui les sépare on n'a pas assisté à une banalisation progressive de l'espace rural susceptible de justifier ce déclassement.

Quant aux points de vues remarquables, ils sont au nombre de six et portent souvent sur des espaces extérieurs au territoire communal. On notera un point de vue depuis la chaussée de Mons vers la vallée de la Senne (lieu dit « Le Renard », à la rue de Stimbert vers le Coeurcq, à la rue de Virginal vers la vallée de la Sennette ainsi qu'au nord du Stierbecq (vue très étendue).

fiche-10_figure-1.jpg

Figure 1 : Périmètres d'intérêt paysager et points de vue remarquables de l'ADESA

fiche-10_figure-2.jpg

Figure 2 : Périmètres d'intérêt paysager définis par le plan de secteur

1.3.2 L'accessibilité aux espaces verts publics

A l'heure actuelle, toute la partie Est du centre de Tubize et le Nord de Stierbecq n'ont pas accès à un espace vert public dans un rayon de 500 mètres (cercles oranges). Le projet des Forges et ceux de la Prairie des Angles et de Stimbert devraient à terme améliorer cette situation (cercles verts) ; seule la partie Nord-Est de l'agglomération (quartier historique des habitations ouvrières des Forges), les abords de la rue de Virginal au Sud et le hameau du 45 à Clabecq n'auraient toujours pas accès à une espace vert public dans un rayon de 500 mètres. On parle ici bien sûr d'espaces verts d'une certaine ampleur, soit de minimum 50 ares .

Le parc « Nord-Sud » du projet des Forges s'étendra sur tout le talus qui marque la transition entre la vallée et le plateau. Il couvre environ 20 hectares et sera un élément structurant majeur du projet.

fiche-10_figure-3.jpg

Figure 3 : Accessibilité aux espaces verts publics : situation actuelle et grands projets

1.3.3 Actions déjà entreprises

L'entretien des espaces verts met déjà en oeuvre certaines pratiques de gestion différenciée (voir 1.5. Recommandations).

Le fleurissement des ronds-points et des rues commerçantes (vasques et jardinières) participe déjà pleinement à l'embellissement de la ville, du moins à la belle saison.

fiche-10_figure-4.jpg

Les potagers communautaires, bien présents à Tubize, représentent également un bel exemple de gestion participative d'espaces verts publics (voir 1.5.) d'intégration de la nature en ville.

1.4 Tâches à réaliser

Un certain nombre de mesures visant le même objectif ont déjà été précisées dans d'autres fiches thématiques. C'est le cas par exemple des aménagements relatifs au réseau des modes doux (fiche n°9), des mesures liées à l'apaisement du centre (fiche n°7), des propositions de mise en valeur des « portes de la ville » (fiche n°6), des conseils à propos de la signalétique (fiche n°5) ou encore de la densité urbaine et du gabarit des bâtiments (fiche n°2).

Dans le cadre de cette fiche, les propositions porteront sur l'aménagement des espaces verts (publics) existants, la création de nouveaux espaces verts, l'aménagement d'un certain nombre d'espaces publics, la mise en valeur de perspectives visuelles et du patrimoine, ainsi sur la gestion naturelle des espaces verts privés.

1.4.1 Aménagement des espaces verts existants

Description

Deux grands espaces verts publics sont inclus dans le périmètre du centre et sont susceptibles de participer à sa dynamique : le parc communal et le parc du Coeurcq.

Le parc communal

Le parc arboré qui borde le boulevard Deryck et l'avenue de Scandiano est un poumon vert idéalement situé entre la Grand-Place et la Senne. Il abrite bon nombre d'arbres remarquables. Il est toutefois assez vieillissant et pour être plus attractif, il nécessiterait un certain nombre d'aménagements. En voici quelques exemples :

  • - Améliorer sa « porosité » pour en faire un parc plus traversant : créer un accès au niveau de la rue de Bourgogne et un autre le plus près possible du carrefour Boulevard Deryck - avenue de Scandiano ; le parc pourrait faire partie d'une liaison modes doux entre le centre et les berges de la Senne, en alternative à l'avenue de Scandiano
  • - Rénover le revêtement des cheminements pour qu'ils puissent être praticables en toute saison,
  • - Remettre en lumière certaines parties du parc qui est fort ombragé,
  • - Mettre en valeur les arbres remarquables,
  • - Diversifier son apparence au fil des saisons en aménageant des massifs d'arbustes à floraison printanière, des massifs de vivaces, en plantant des variétés à bulbes…
  • - Favoriser la cueillette gourmande en plantant des variétés d'arbustes à petits fruits (groseilles, framboises…) et des variétés condimentaires, voire en installant des jardinières en partenariat avec des riverains.
  • - Installer une ou des canisettes pour améliorer la propreté des lieux.

fiche-10_figure-5.jpg

Parc communal : la clôture empêche l'accès depuis la rue Parc communal : chemins peu praticables par temps de Bourgogne humide

Le parc du Coeurcq

Le parc du Coeurcq est un bel espace vert arboré et vallonné qui s'étire en bordure du ruisseau du même nom. La gestion plutôt extensive de ce parc convient bien à sa localisation et à son type de fonctionnement. La principale action à y envisager concerne le parcours VITA, en mauvais état, qui devrait être restauré ou entièrement renouvelé. Toutefois, l'absence de contrôle social dans cet espace fermé et à l'écart des habitations favorise le petit vandalisme et la dégradation du mobilier. Le parcours devrait donc être aménagé avec des éléments très résistants. Une autre alternative consiste à installer des agrès d'exercice physique dans un environnement plus urbain : dans les parcs, les petits espaces verts, les placettes… comme cela se fait de plus en plus à l'heure actuelle ; ces éléments peuvent être disposés sous forme de parcours mais ils peuvent aussi être utilisés de manière individuelle. Plus proches des lieux d'habitat, ils peuvent être utilisés plus fréquemment et bénéficient d'un meilleur contrôle social (voir fiche 9 « Réseau de modes doux »).

Parc du Coeurcq de part et d'autre du ruisseau Parc du Coeurcq : parcours Vita en partie dégradé

fiche-10_figure-6.jpg

Plus en périphérie, on trouve également un grand espace vert au Stierbecq (le long de la rue de la Chasse) ainsi qu'à Clabecq (entre la rue Saint-Jean et l'avenue des Platanes), qui jouent davantage le rôle d'espaces verts de quartier.

Porteur de projet et partenaires potentiels

La Commune, responsable de la gestion de ces parcs, est le principal acteur concerné. Pour le parc communal, des négociations ou un partenariat sont à prévoir avec le centre hospitalier en vue d'une ouverture du parc vers la rue de Bourgogne. Pour le parc du Coeurcq, la Régie communale des Infrastructures (RDI) et la Province sont deux partenaires potentiels, que ce soit pour le parcours VITA ou pour des aménagements concernant les berges du Coeurcq.

Montage financier, technique, administratif et juridique

Subsides DG03 à l'aménagement d'espaces verts

Subsides Infrasport pour des équipements sportifs dans les parcs ou les espaces publics. Subsides de la Province

1.4.2 Aménagement de nouveaux espaces verts

Description

Les nombreux grands projets qui se mettent en place dans l'agglomération prévoient le plus souvent des plantations et verdurisations des espaces publics, voire, pour les plus grands, des plantations de parcs et d'espaces verts. Si tous ces projets se mettent en place, la surface des espaces verts publics de la commune sera doublée et le nombre de massifs et d'alignements d'arbres ou d'arbustes augmentera également de manière considérable. Tubize deviendrait alors une véritable ville verte avec d'importantes superficies d'espaces verts et de nombreux linéaires de plantations, mais aussi avec un maillage plus resserré de ces espaces de telle sorte que presque toutes les habitations du centre seront situées à moins de 500 mètres d'un espace vert public (voir figure 3). Un renforcement des moyens humains et financiers du service des espaces verts s'avèrera indispensable pour assurer une gestion correcte de toute cette trame verte (voir aussi 1.5. Recommandations).

On peut distinguer trois types d'aménagements de nouveaux espaces verts :

  • - Les aménagements de la DGO3 destinés à prévenir les inondations dans la vallée de la Senne.
  • - Les aménagements d'espaces verts dans le cadre des grands projets d'urbanisation.
  • - D'autres propositions en lien avec des sites à enjeux mais qui ne font pas encore l'objet de projets.
Aménagements de la DGO3

Le projet de la Prairie des Angles a été initié essentiellement dans un but de prévention des inondations, mais il aura également pour effet une valorisation du paysage urbain et un accroissement sensible de la biodiversité. Ce site s'imposera rapidement comme un élément majeur de la trame verte et bleue de la Commune et même de l'ensemble de la vallée.

Grands projets en cours ou à l'étude

La verdurisation programmée dans le cadre de ces grands projets répond également à un souci de la gestion des eaux pluviales, mais elle a avant tout un rôle de loisirs, de détente et d'embellissement du cadre de vie.

  • - La ZACC Stimbert : toute la partie basse du site en bordure du Coeurcq est destinée à être aménagée en espace vert. ; cet espace sera relié au centre-ville par la promenade du Coeurcq reliant le centre sportif aux étangs du Coeurcq.
  • - Le projet Mondi prévoit un peu moins de deux hectares de parcs et jardins à vocation semi-publique, sous forme d'espaces d'accompagnement entre les immeubles bâtis. Il prévoit aussi de nombreuses plantations d'arbres et d'arbustes le long des chemins et voiries ainsi que dans les espaces de stationnement.
  • - Les Forges. Le projet des Forges prévoit vingt hectares d'espaces verts paysagers concentrés essentiellement dans un parc Nord-Sud à la jonction de la plaine et du plateau.
  • - Le projet de la « Plaine des Angles » sur la ZACC dite Ferme Rose s'adosse au projet de la DGO3. Autre proposition

La proposition de mini contournement par le Nord de la rue des Forges (voir fiche 7 « Apaisement du centre ») permet de desservir un vaste terrain en grande partie communal. Outre les potagers communautaires, ce terrain est occupé par une forêt humide en bordure de la Sennette.

Les terrains concernés sont affectés en zone d'activité économique mixte au plan de secteur. La partie la plus proche de la rue des Forges est reprise en zone d'espace vert au PCA n°1 « Centre » revu en 2012. La partie en rive droite de la Sennette est reprise en zone d'espace vert au PCA n°5 « Soieries » revu en 2006.

Cette proposition a pour but à la fois de mettre en valeur la perception de Tubize depuis cette nouvelle section de voirie (effet vitrine), mais aussi d'offrir un espace vert de proximité aux habitants du quartier des Forges qui sont mal desservis au niveau du maillage vert public.

Montage et gestion des projets

Les projets portés par la DGO3, tels la Prairie des Angles, sont financés par cette dernière. Les espaces verts liés aux grands projets sont financés par les promoteurs de ces projets, soit comme condition aux permis soit à travers des charges d'urbanisme. Dans la plupart des cas, la question du financement de l'aménagement ne semble dès lors pas poser pas de problème particulier.

Par contre, tous les espaces publics, y compris les espaces verts, seront rétrocédés à la Commune qui sera chargée de leur entretien. Pour ce faire, les moyens techniques et humains du service des espaces verts de la commune devront être renforcés à terme. Toutefois, pour limiter la surcharge de travail, deux pistes doivent être explorées : le renforcement de la gestion différenciée (voir Recommandations) mais aussi une démarche préventive d'implication du service des espaces verts dès le stade de la conception du projet d'aménagement. En effet, la gestion différenciée est plus facile à mettre en oeuvre si elle a été pensée dès la conception du projet, et, dans les espaces qui demandent un entretien plus régulier, le choix des essences, les distances et les techniques de plantation, la forme et la surface des massifs, les techniques de paillage, de drainage… influencent considérablement la facilité d'entretien de ces espaces et le temps qu'il est nécessaire de leur consacrer.

L'espace vert proposé au Nord de la rue des Forges aurait essentiellement une vocation naturelle et de rétention des eaux. Il n'y a pas lieu de prévoir d'aménagements très lourds par rapport à la situation actuelle ; on peut envisager les travaux suivantes : creusement de zones humides avec capacité de rétention d'eau et création de sentiers de découverte.

1.4.3 Aménagement d'espaces publics

L'amélioration paysagère et l'embellissement de la ville passent aussi par des mesures de requalification des espaces publics. On ne parlera pas ici des voiries et des trottoirs qui sont traités par ailleurs (fiche 11 « Voiries, espaces publics et mobilier urbain »), mais plutôt des espaces élargis, où les dimensions de l'espace public permettent d'envisager d'autres fonctions que le simple déplacement. On en pointe ici quelques-uns qui nous paraissent les plus à même de contribuer à la requalification et à la dynamisation du centre-ville.

1.4.3.1 La place du Remblai

Description

La place du Remblai est un peu excentrée à l'heure actuelle, mais elle s'impose comme un tronçon majeur des itinéraires de modes doux : elle donne accès aux itinéraires des bords de Senne, à la Prairie des Angles et au-delà vers le Stierbecq, depuis le centre et plus tard les quartiers à l'Est de la ligne de chemin de fer (voir fiche 9 « Réseau de modes doux »).

La place est formée de deux sous-ensembles : la partie supérieure avec le square de la Liberté et son monument, et la partie inférieure avec un terrain de basket et des terrains de pétanque dans la partie centrale. L'ensemble est aménagé essentiellement pour la circulation automobile avec des espaces de voiries parfois très larges et des trottoirs assez étroits.

fiche-10_figure-7.jpg

La place du Remblai proprement dite : espace vert à vocation Le haut de la place du Remblai (square de la Liberté) : espace de rencontre + stationnement démesuré réservé à la circulation automobile

fiche-10_figure-8.jpg

La partie basse côté rue Francesco Ferrer : espace de stationnement peu structuré

fiche-10_figure-9.jpg

Figure 4 : Propositions d'aménagement de la place du Remblai

Outre l'aménagement d'un itinéraire sécurisé pour les modes doux, l'aménagement de cette place peut être assez léger : rénovation du terrain de basket ou aménagement d'un terrain multisports, installation d'une petite plaine de jeux, d'un nouveau mobilier urbain. et la possibilité de libérer de l'espace de voirie excédentaire pour organiser des poches de stationnement, à proximité du monument ainsi qu'à proximité de la rue Francesco Ferrer.

Le schéma de circulation automobile doit être simplifié. Le square de la Liberté est utilisé comme un vaste giratoire avec

une surface démesurée réservée à l'usage automobile. Dans la hiérarchie du réseau de voiries (voir fiche 11 « Voiries, espaces publics et mobilier urbain », la place du Remblai est réservée à la circulation locale et la rue du Marais est une voirie de desserte. Seul le trafic local et de desserte du quartier est sensé emprunter ces voiries. Nous proposons dès lors :

De mettre en double sens de circulation l'accès à la rue de Mons par le Sud-Ouest du square de la Liberté.

D'interdire la circulation automobile sur l'accès Nord-Est du même square, afin d'offrir un espace élargi pour les piétons le long de l'itinéraire pour les modes doux et juste à la porte de l'hypercentre (voir fiche 7 « Apaisement du centre »), avec la possibilité pour l'établissement Horeca qui fait l'angle d'installer une terrasse sur cet espace sécurisé.

De mettre la rue du Marais en circulation prioritaire en imposant un « céder le passage » au débouché de la place du Remblai.

D'aménager sur l'espace asphalté récupéré une petite poche de stationnement offrant un accès direct aux commerces de la rue de Mons.

Montage financier, technique, administratif et juridique

Les voiries et espaces concernés relèvent de la compétence communale. Seule la modification des sens d'accès à la rue de Mons nécessitera une concertation avec la DG01.

Il est judicieux de consulter les riverains, utilisateurs au quotidien de ces espaces, en particulier pour le choix des équipements extérieurs sur la place elle-même.

L'aménagement d'un terrain multisports peut bénéficier des subsides Infrasports. Les plaines de jeux et autres infrastructures permettant de créer de l'animation et de la rencontre dans les quartiers peuvent bénéficier de subsides dans le cadre des programmes Sport de Rue et Petites infrastructures Sociales de Quartier (PISQ), en lien avec le Plan de Cohésion Sociale (PCS).

1.4.3.2 L'espace vert entre la chaussée de Mons et le boulevard Georges Deryck.

Description

Le site en question, plutôt long et étroit, est actuellement occupé par un petit espace vert assez peu esthétique. Il permet de joindre l'extrémité du boulevard Georges Deryck et la rue de Mons. Le Coeurcq longe la limite Sud-Ouest de la parcelle, dissimulé derrière un mur de briques. Le terrain est une propriété communale, affectée en zone d'habitat au plan de secteur.

fiche-10_figure-10.jpg

La question d'un éventuel prolongement du boulevard Georges Deryck jusqu'à la rue de Mons, afin d'instaurer une circulation à sens unique sur la boucle rue de Mons - boulevard Georges Deryck, a déjà été abordée dans la réflexion sur l'apaisement du centre (fiche-projet n°7). Cette option ne semblant pas véritablement souhaitable, il reste plusieurs pistes possibles pour que cet espace participe davantage à la structuration et à la qualité du centre-ville :

  • - Soit une voirie assurant uniquement un rôle de desserte pour les riverains du boulevard Georges Deryck et de la rue Francesco Ferrer,
  • - Soit un espace de stationnement paysager permettant de rencontrer les besoins du Centre culturel et servant de poche de stationnement pour se rendre dans le noyau commerçant de l'hypercentre,
  • - Soit un parc paysager mettant en valeur le cours du Coeurcq.

Ces trois fonctions ne sont pas entièrement incompatibles, même si les dimensions réduites de l'espace vert ne permettent pas une variété infinie de combinaisons. La valorisation du Coeurcq est parfaitement cohérente avec les orientations stratégiques du schéma directeur et avec la politique communale de gestion des eaux pluviales. La création de poches de stationnement est également compatible avec la stratégie d'apaisement du centre et, dans le cas présent, permettrait de répondre au moins en partie au problème de stationnement lors des activités du Centre culturel. On pourrait imaginer une liaison automobile aménagée en voirie résidentielle (maximum 20 km/h) avec du stationnement latéral et une poche de stationnement paysager d'une vingtaine de places du côté du boulevard Georges Deryck. A l'Ouest, l'itinéraire modes doux longerait le Coeurcq, dont la mise en valeur passerait par un redimensionnement des berges avec éventuellement la création d'un petit plan d'eau pouvant jouer un rôle de rétention des eaux.

Dans tous les cas, il est nécessaire de préserver un itinéraire confortable et sécurisé pour les modes doux : le parc est sur l'itinéraire de la « promenade du Coeurcq » que l'on souhaite prolonger jusqu'à sa confluence (voir fiche 9 « Réseau de modes doux »).

fiche-10_figure-11.jpg

  • Poche de stationnement
  • Voirie résidentielle
  • Espace vert paysager
  • Plan d'eau
  • Itinéraire modes doux

Figure 5 : Proposition d'aménagement de l'espace vert entre la rue de Mons et le boulevard Georges Deryck

fiche-10_figure-11-bis.jpg

Accès côté boulevard Georges Deryck

Accès côté rue de Mons

Montage du projet

La Commune étant propriétaire du site, c'est à elle qu'incombe le choix de son aménagement. Les autres partenaires potentiels sont la Province (gestionnaire du Coeurcq), la DG01 (débouché du site sur la RN6/rue de Mons), le Centre culturel et l'école (concernés par les questions de parking) et bien sûr les riverains.

Tous les aménagements proposés sont compatibles avec l'affectation du plan de secteur. Il ne devrait donc pas y avoir de difficulté administrative ou juridique majeure.

1.4.3.3 Le croiement des rues du Perroquet et de la Déportation

L'aménagement de cet espace public est une des actions les plus importantes identifiées dans le schéma directeur. La réflexion sur cet espace est développée dans la fiche thématique 3 « Commerces ».

1.4.3.4 La placette à l'entrée du centre hospitalier

Description

L'espace à l'entrée du centre hospitalier à l'avenue de Scandiano est utilisé comme simple parking, mais il présente un potentiel de qualité urbaine, le long d'un axe majeur pour les modes doux reliant la Senne à la Grand-Place.

fiche-10_figure-12.jpg

L'ouverture de cet espace vers l'avenue de Scandiano permettrait de créer une ambiance urbaine de parvis ou de placette qui s'intégrerait mieux à la trame du centre-ville. Il est bien sûr nécessaire de préserver des places de stationnement de courte durée et de dépose minute à l'entrée de l'hôpital, mais les places réservées au personnel médical, qui occupent l'essentiel de cet espace, pourraient aisément être transférées vers le parking arrière.

Montage du projet

La placette en question fait partie du domaine du centre hospitalier, elle n'appartient donc pas au domaine public. Son aménagement éventuel nécessite dès lors un accord préalable avec le centre hospitalier (cession, location, vente…) qui pourrait se faire dans le cadre d'une négociation plus globale sur l'aménagement des abords (parking de la rue de Bourgogne).

1.4.3.5 Les espaces publics d'accompagnement

En plus des espaces publics précédents qualifiés de structurants, un certain nombre d'autres petits espaces peuvent également être pointés. Ils jouent un rôle à l'échelle de leur îlot ou de leur quartier. On les appellera espaces publics d'accompagnement. On peut pointer notamment :

  • - L'extrémité de la rue Raymond Luyckx. Cet espace a un rôle très local à l'heure actuelle, mais il deviendra beaucoup plus structurant à terme lorsque le passage au-dessus du chemin de fer sera aménagé dans le cadre du projet des Forges. Il s'agira alors de la nouvelle entrée de ville.
  • - Le passage entre l'avenue de Mirande et la rue Dehase. Ce petit espace est simplement utilisé comme liaison entre ces deux voiries, lorsque l'état du sol le permet. Un permis d'urbanisme a été accordé sur le site en vue d'y construire un immeuble à appartements. Le projet prévoit de préserver la liaison verte qui sera un chaînon important d'un itinéraire mode doux en cours de mise en place entre les développements urbanistiques de l'avenue de Mirande, le site Mondi et plus tard le centre-ville via une passerelle à construire sur le chemin de fer (voir fiche « modes doux »).

fiche-10_figure-13.jpg

Le croisement de la rue Albert 1er, de la rue Reine Elisabeth et de l'avenue Gabrielle Petit.

fiche-10_figure-14.jpg

Des petits espaces verts dans le quartier du Stierbecq.

Le parking du cimetière de la rue de la Déportation, où l'on propose de renforcer la fonction de stationnement, mais qui devrait conserver un accès paysager vers le cimetière.

L'espace à l'entrée de la rue Lacroix en venant de la rue de Bruxellles, à examiner dans le cadre d'une réflexion sur l'aménagement global de ce noeud routier, porte de l'hypercentre.

fiche-10_figure-15.jpg

1.4.4 Mise en valeur des perspectives visuelles

1.4.4.1 Description

Le tissu bâti du centre-ville est dense, souvent mitoyen et présente un caractère urbain très affirmé. Les perspectives urbaines sont souvent confinées au front bâti et offrent peu d'échappées visuelles. Mais Tubize est également une ville de vallées, de confluences : la Senne, la Sennette, Le Coeurcq et le Ry de Froyes se rejoignent en contrebas du noyau historique. Le relief y est sensible et parfois contraignant. Certaines routes ont été construites sur les promontoires d'interfluve séparant deux vallées. Cette disposition du relief et du réseau des voiries offre localement des échappées visuelles sur le « grand paysage » de champs et de collines boisées qui sont autant de respirations dans le tissu bâti dense.

La carte localise quelques sites particuliers ou tronçons de voiries où ces échappées sont les plus significatives.

fiche-10_figure-16.jpg

Figure 6 : Localisation des principales perspectives et ouvertures visuelles

La mise en valeur de ces échappées visuelles peut se réaliser de plusieurs manières : signalétique, panneau d'interprétation, QR code, banc ou table pique-nique selon l'espace disponible et la présence ou non d'un itinéraire pour les modes doux. Il est important également de préserver ces échappées visuelles depuis l'espace public là où elles risquent de disparaître à la suite de l'urbanisation.

fiche-10_figure-17.jpg

Vue sur le centre et le plateau dHondzocht depuis la rue des Frères Taymans

1.4.4.2 Montage du projet

Les partenaires pressentis pour ce projet sont l'Office du Tourisme et du Patrimoine OTP - musée de la Porte, la Maison du Tourisme du Roman Païs, Centre culturel de Tubize, ainsi que l'ASBL ADESA active dans la mise en valeur des paysages.

1.4.5 Mise en valeur des ensembles patrimoniaux

Tubize est une commune en mutation rapide. Les traces de son passé agricole et industriel disparaissent assez rapidement. La mémoire collective elle-même s'estompe peu à peu. Sans un travail de fond sur le patrimoine matériel et immatériel, la Commune risque peu à peu de perdre ses racines et ses spécificités. Le sens de le fête, de l'accueil, de la solidarité… qui caractérisent la Commune sont des bases essentielles du vivre ensemble et des éléments d'attractivité à nourrir au travers de l'évolution de la Commune.

En ce qui concerne le patrimoine immatériel : le travail sur la mémoire collective est déjà en cours par diverses associations locales, ainsi que par le Centre culturel de Tubize qui réalise notamment un travail de réappropriation (réinterprétation) de cette mémoire à travers diverses formes d'art urbain. L'Office du Tourisme et du Patrimoine (OTP), par son travail de « mémoire - reportage - interview », restitue le passé des Forges ; le même travail serait souhaitable pour les autres anciennes industries de Tubize.

La prise en compte du patrimoine matériel peut se faire par la préservation, la réaffectation ou la mise en valeur de certains éléments du patrimoine à valeur identitaire. Certains projets privés préservent des éléments du patrimoine industriel et artisanal : c'est le cas notamment du projet Mondi ou de la brasserie Betchard ; mais la plupart des projets menés sur d'anciens sites économiques font table rase du passé.

Au niveau du centre de Tubize, le quartier des Forges a conservé une cohérence et une harmonie architecturale assez exceptionnelles. Il représente un témoin assez unique d'un urbanisme planifié autour d'un grand site industriel, avec ses rues et typologies d'habitat qui sont le reflet de la hiérarchie sociale au sein de l'entreprise. L'ensemble du site mériterait des mesures de mise en valeur voire de protection. Sa situation est également stratégique car elle fait l'articulation entre le centre de Tubize et le site des Forges.

La mise en valeur peut se faire par des panneaux d'interprétation pour les visiteurs, une brochure d'information pour les habitants.

Pour la protection, on peut envisager un règlement ou guide d'urbanisme pour le quartier avec des recommandations relatives aux transformations, l'adoption d'un code couleur…

Les partenaires pour un projet de ce type seraient l'Office du Tourisme et du Patrimoine OTP - musée de la Porte, la Maison du Tourisme du Roman Païs, le Centre culturel de Tubize, les associations d'histoire locale ainsi que la Division du Patrimoine de la DG04.

1.4.6 Gestion naturelle des espaces privés

L'embellissement des paysages urbains passe aussi par des actions de sensibilisation relatives à la gestion des espaces végétalisés relevant du domaine privé. Ceux-ci contribuent au renforcement de la trame verte et bleue et, quand ils sont visibles depuis l'espace public, ils contribuent au renforcement ou à la dégradation de la qualité du paysage.

Concrètement, une gestion naturelle et paysagère des espaces privés passe par plusieurs types d'actions de sensibilisation :

Informations sur les subventions aux particuliers pour la plantation de haies,

Informations sur les mesures agro-environnementales pour les agriculteurs, notamment celles qui concernent l'entretien de haies, de vergers hautes tiges et la création de mares,

Réalisation d'une brochure sur les espèces végétales locales recommandées, à distribuer aux nouveaux habitants ou à ceux qui introduisent un permis d'urbanisme,

  • - Mise en place d'un service conseil pour les citoyens à propos de la gestion des espaces privés, en particulier de l'entretien des arbres et haies remarquables,
  • - Création d'une page sur le site internet de la commune, notamment dans le cadre de la mise en oeuvre du PCDN,
  • - Participation à la Semaine de l'Arbre,
  • - Actions didactiques de gestion sur des terrains publics pouvant servir d'exemple pour les particuliers : verger conservatoire, entretien des haies, des mares, prés fleuris, gestion différenciée.

Les partenaires à mobiliser sont notamment :

  • - La population en général, via le plan Maya et le PCDN en cours d'élaboration,
  • - La DGO3,
  • - Le Contrat de Rivière Senne,
  • - Les associations environnementales et naturalistes.

Certains incitants financiers peuvent faciliter la mise en oeuvre de projets de ce type : subsides régionaux dans le cadre de la mise en oeuvre des PCDN, mesures agro-environnementales pour les agriculteurs, subsides aux plantations d'essences indigènes pour les particuliers.

1.5 Recommandation : La gestion différenciée et participative

Les nombreux projets d'urbanisation en cours dans le centre de la commune entraînent de facto une densification de la population. Par rapport au modèle pavillonnaire, cette densification implique de nouveaux besoins, notamment en matière d'accès à des espaces verts publics de qualité. Les grands projets d'urbanisation prévoient généralement de tels espaces : c'est le cas à Stimbert, sur le site des Forges, mais aussi au niveau de la Prairie des Angles. Au total, ce sont quelques dizaines d'hectares d'espaces verts supplémentaires qui seront mis à la disposition des habitants, et dont l'entretien incombera aux services communaux.

Les nouvelles dispositions relatives à l'interdiction de l'utilisation d'herbicides et de produits phytosanitaires dans l'espace public impliquent également de revoir les techniques de gestion et imposent une plus grande intensité de main-d'oeuvre.

La gestion des espaces verts de Tubize se trouve donc face à un double défi : d'une part un accroissement spectaculaire des surfaces à entretenir dans les années qui viennent, d'autre part l'adoption de nouvelles techniques d'entretien qui nécessitent un suivi plus régulier.

Dans un tel contexte, la poursuite d'une gestion « classique » des espaces verts nécessiterait des besoins supplémentaires considérables en main-d'oeuvre et en matériel, que la commune pourrait bien difficilementt rencontrer dans le cadre budgétaire auquel elle est astreinte. La Commune l'a bien compris et a déjà commencé à mettre en oeuvre les principes de la gestion différenciée.

La gestion différenciée permet de réduire sensiblement les coûts d'entretien des espaces verts publics tout en améliorant la biodiversité de ces espaces. Le principe est assez simple : tout espace vert ne doit pas être soumis à la même intensité d'entretien. Certains espaces fortement fréquentés ou présentant une fonction symbolique importante (entrée de ville.) ont besoin d'un entretien soigné et régulier, tandis que d'autres peuvent aisément se contenter d'une gestion extensive. Cette différenciation peut égalemennt se faire au sein d'un même espace, une partie d'un parc pouvant être tondue régulièrement tandis qu'ailleurs on pourra mettre en place un pré fleuri avec fauche tardive.

La première chose à réaliser est un inventaire des espaces à gérer, puis de définir le mode de gestion à appliquer à chaque périmètre. Cette phase nécessite une bonne connaissance de l'usage des espaces verts par les riverains ou autres utilisateurs. Une consultation préalable de la population permettrait d'améliorer cette connaissance tout en informant les gens sur les enjeux et les résultats de cette pratique.

fiche-10_figure-18.jpg

La gestion différenciée est encouragée par la Wallonie et les communes peuvent s'appuyer sur deux organismes référents d'accompagnement : le pôle wallon de gestion différenciée http://www.qestiondifferenciee.be/ et l'ASBL Adalia http://www.adalia.be/. Ces organismes mettent en place un réseau des acteurs, apportent un soutien technique à la mise en oeuvre des plans des gestion, mettent en évidence des bonnes pratiques et accompagnent les communes dans leurs actions de communication par rapport à cette démarche qui peut parfois dérouter les habitants si l'information n'est pas correctement assurée.

Du plus horticole Au plus naturel

Code 1 sols sportifs

  • fiche-10_figure-19.jpg
  • - Entretien intensif
  • - Arrosage automatique
  • - Tonte 1 à 2 fois par semaine
  • - Limiter l'apport d'intrants et à terme les supprimer
  • - Travail mécanique (plan de gestion sur 3 ans)
  • - Garantir une qualité de surface de jeux

Code 2 espace horticole

  • fiche-10_figure-20.jpg
  • Entretien intensif Arrosage automatique ou manuel
  • Tonte 1 fois par semaine Désherbage (non chimique) régulier et attentif Palette végétale horticole. Valorisation du savoir faire horticole (taille, découpe des bordures, liens en osier, étiquetage) Ex : roseraie, arènes

Code 3 espace d'accompagnement

  • fiche-10_figure-21.jpg
  • Entretien de sécurisation Pas d'arrosage
  • Végétaux laissés en port libre Flore spontanée maîtrisée et acceptée
  • Palette végétale horticole et indigène
  • Correspondre à l'usage du site
  • Ex : espaces verts de lotissement, terre-pleins, ronds-points

Code 4 Espaces Verts champêtres

  • fiche-10_figure-22.jpg
  • -/
  • Entretien de manière extensive
  • Un ou deux fauchages par an Tonte des abords, liberté au tondeur de créer un paysage Palette végétale indigène Améliorer la biodiversité Ex : prairie de la coulée verte, haut des perrières, bassin des murailles 2

Figure 7 : Principes de la gestion différenciée http://www.ville-douelafontaine.fr/fr/vivre-a-doue/cadre-de-vie/espaces-verts-et-iardins-p34.html#.VIRvpL-uoYAUne autre piste intéressante - et qui peut aisément être complémentaire à la première - consiste à impliquer (avec un degré à définir) les riverains dans la maintenance et la gestion des espaces publics de proximité. Ce genre d'initiative nécessite bien sûr une étroite collaboration avec les riverains ou des associations de quartier et une certaine forme d'engagement de ces derniers qui peut aller jusqu'à la signature d'une charte.

Voici à titre d'exemple deux initiatives intéressantes relevées dans la Ville de Tournai :

Dans ce parc, la services des espaces verts a procédé à la plantation d'arbustes à petits fruits et de plantes condimentaires, ainsi qu'à l'installation d'un hôtel à insectes et de jardinières ; l'ensemble (de ces parterres et jardinières) est entretenu et géré par des riverains du parc.

fiche-10_figure-23.jpg

Dans cette rue, les habitants ont pris l'initiative d'aménager et d'entretenir eux-mêmes les petits espaces de terre meuble au pied des plantations d'arbustes, et ils ont passé un accord en ce sens avec la Commune.

fiche-10_figure-24.jpg

Notons comme on l'a déjà souligné plus haut que les jardins communautaires sont un bel exemple de participation citoyenne dans la gestion d'espaces verts et dans l'intégration de la nature en ville.

This website uses cookies for visitor traffic analysis. By using the website, you agree with storing the cookies on your computer.More information

Discussion

Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
D E R O C
 
tubize/urbanisme/schema-directeur/fiche-10_paysage-embellissement/start.txt · Dernière modification: 2016/09/17 16:18 par 81.240.136.244